Le blog littéraire de Renaud Meyer

Les belles oeuvres sont filles de leur forme, qui naît avant elles. Paul Valéry

Le lièvre de Patagonie

leave a comment »

images-2

Cela fait maintenant des mois que court ce lièvre dans la steppe littéraire hexagonale, nous stupéfiant par sa santé insolente et son œil rieur. On pourrait se passer de le signaler tant ont été nombreux les observateurs de tous poils à saluer sa grâce et son talent. Mais plutôt que de prendre un gros gibier qui nous tombera des mains parce qu’on se sera laissé berner par l’ouverture de la chasse en cette saison automnale, mieux vaut apprivoiser ce « Lièvre de Patagonie » durant de longues heures (car il ne se laisse pas dévorer comme ça) et l’offrir à Noël à ceux qu’on aime.

Ces mémoires de Claude Lanzmann parues chez Gallimard sont une surprise, car ceux qui en sont les personnages principaux courent encore dans le crâne de cet octogénaire qui a tout connu du siècle passé. C’est un concentré de « mémoire vive » qui donne le sentiment qu’ « hier » est encore là.

Il y a les femmes, les longues années de vie commune avec Simone De Beauvoir, l’amour du théâtre partagé avec Judith Magre et cette aventure folle avec une jeune nord-coréenne qui brûle pour lui d’un amour irrépressible et impossible.

Il y a le courage, toujours prêt à surgir de Lanzmann, dans la guerre, dans la marche, face au nazisme, au communisme, au colonialisme, à la bêtise.

Il y a le journalisme, l’engagement avec Sartre, l’engagement pour Israël, le grand saut, en F-16 ou sur Phantom, nageant dans les courants d’où personne ne revient, défiant l’existence, toujours.

Il y a ces centaines d’anecdotes qui font une vie riche et étonnante, qui font un livre aux arborescences de roman épique.

Et puis il y a « Shoah », l’aventure, l’épreuve, le film, et tout ce qui tourne autour, ce que l’on ne connaît pas. L’acharnement de son auteur à le porter à bouts de bras durant des années, rattrapant les anciens nazis dans leur folle échappée (c’était sans compter la rapidité du lièvre), soutenant les survivants de l’Holocauste, se relevant après chacune de ses chutes.

Le lièvre nous met hors d’haleine, mais sa course est une aventure unique.

Publicités

Written by Renaud Meyer

septembre 21, 2009 à 3:57

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :