Le blog littéraire de Renaud Meyer

Les belles oeuvres sont filles de leur forme, qui naît avant elles. Paul Valéry

La culture en danger

leave a comment »

Voilà un serpent de mer qui ressurgit à chaque nouvelle marée. Et la proclamation des dégâts que la bête entraînera sur nos côtes artistiques est immuable. Les acteurs de la culture ne pourront continuer à exercer leurs professions, les œuvres en seront affectées et c’est l’image même de la France qui en pâtira.

Une journée d’action est ainsi organisée le 6 mai 2010 à l’appel de différents syndicats dont CGT Spectacle, CGT Culture et le SYNDEAC. A Paris, une manifestation partira à 14 h 30 du Cirque d’Hiver pour rejoindre le Centre Pompidou.

Pourquoi ce nouveau cri d’alarme des artistes ? Parce que le ministère des Finances veut retirer 30 millions d’euros au seul secteur de la création en 2011, parce que le Conseil de création artistique (sous la houlette de Marin Karmitz) démantèle et détourne des fonds jusque-là destinés aux professionnels de la Culture, parce que le régime de l’assurance-chômage des artistes et techniciens du spectacle est à nouveau menacé.

La première question est de savoir si ces inquiétudes sont fondées. La réponse est certainement oui. Il faut soutenir les artistes, sinon ils vont disparaître. Il faut soutenir les artistes professionnels, sinon l’amateurisme règnera en maître. Il faut soutenir les artistes quand le travail fait défaut, sinon ils seront contraints de se tourner vers d’autres professions et feront de leur art un passe-temps.

On peut se demander ensuite si la journée d’action du 6 mai changera quoi que ce soit. Pas certain. Car on sait que tout se négocie en France sous les lambris du pouvoir et rarement dans la rue.

Alors, d’autres voies sont-elles possibles en matière de rémunération des artistes et de soutien aux projets ?

La France n’est pas l’Angleterre ni l’Amérique. Il n’est pourtant pas interdit de réfléchir à de nouvelles formes de pérennité dans le domaine du spectacle vivant comme du cinéma sans bouleverser pour autant ce qui a permis l’émergence d’un maillage culturel unique et original. Ainsi, sans mettre fin aux subventions d’Etat, il serait temps de mettre en place de véritables relais financiers par le biais des fondations pour le spectacle vivant. On a pu récemment goûter la saveur de tels montages avec la venue du Old Vic au théâtre Marigny. Fonds privés, ambition, excellence. Une façon de ne pas dépendre du politique, de ses amis et de ses changements d’humeur.

Un artiste ne peut s’asseoir chaque jour à la même place, sinon il renonce à être un artiste. Et tous ceux qui s’accrochent à leur pré carré devraient se poser la question et penser leur art différemment. Mais nul ne doit oublier qu’un artiste est en droit de revendiquer une place, la sienne, même s’il lui faut chaque jour en changer.

Publicités

Written by Renaud Meyer

mai 2, 2010 à 4:57

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :