Le blog littéraire de Renaud Meyer

Les belles oeuvres sont filles de leur forme, qui naît avant elles. Paul Valéry

Ça piaille au Français

leave a comment »

Déjà un petit mois que « Les oiseaux » d’Aristophane battent des ailes dans leur volière dorée de la Comédie-Française. Critiques assassines pour cette entrée au répertoire d’Aristophane, auteur grec de comédies féroces et sociales concoctées avant Jésus-Christ.

Alfredo Arias a choisi de mettre en scène ces oiseaux dans les décors de la place Colette, où s’élève la figure imposante du théâtre français. Les volatils sont chez lui des comédiens et l’intrigue tend un fil aussi simple que fin, construire une cité entre ciel et terre où les oiseaux seront rois.

Costumes élégants et emplumés, comédiens drôlissimes, tant ils maîtrisent cette distance amusée vis à vis de leur propre art (en tête l’excellent Loïc Corbery, au tragique émouvant et à la grâce rare), décors étonnants de réalisme (on croirait n’avoir pas quitté la place Colette) et intermèdes comiques plutôt frais.

Alors pourquoi tant de reproches critiques ? Il est certain qu’Arias aurait pu aller plus loin, réunir tous les acteurs de la Comédie-Française sur la scène afin de porter son idée au plus haut, engager des chanteurs en nombre pour les parties chantées, bref nous éblouir un peu plus. La raison de cette pâleur est certainement financière. Mais ce spectacle préserve une chose essentielle : son auteur. Car c’est cela Aristophane : une grosse farce sociale et grinçante chargée de nous divertir.

J’avais à côté de moi un jeune garçon qui entre dans l’adolescence. Il n’a cessé de rire de cet enchantement. Alors un conseil, courez-y et n’écoutez pas les langues chagrines et trop orthodoxes.

Publicités

Written by Renaud Meyer

mai 13, 2010 à 7:17

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :