Le blog littéraire de Renaud Meyer

Les belles oeuvres sont filles de leur forme, qui naît avant elles. Paul Valéry

« Tout ce qui brille » n’est pas une perle

with 2 comments

Encensé par tous comme la révélation cinématographique française du printemps 2010, « Tout ce qui brille » sort ces jours-ci en DVD. Difficile de résister. A relire les avis des uns et des autres, cette comédie fraîche et enlevée ferait enfin tomber les clichés sur la banlieue, épargnant au spectateur une violence trop souvent attachée à ce genre de sujet. Une comédie menée tambours battants grâce à un scénario bien ficelé, des dialogues piquants et une interprétation impeccable.

Mais de quoi est-il question, au juste ? « Tout ce qui brille » est une sorte de mini-road-movie entre Neuilly, Paris et Puteaux au cours duquel deux jeunes filles – fascinées par les apparences d’un monde doré auquel elles n’appartiennent pas -, vont éprouver leur amitié.

Avouons qu’il y a quelques répliques bien vues et que le trio de jeunes actrices ne dénote pas. On se laisse guider sans trop rechigner.

Pas de quoi cependant casser trois pattes à un canard. Le premier film de et avec Géraldine Nakache ne tient malheureusement pas les promesses de la critique et du bouche-à-oreille. L’intrigue est mince comme une corde à linge, les sentiments assez convenus et l’épilogue se défile en même temps que les deux héroïnes. On comprend d’ailleurs mieux le caractère insuffisant de l’ensemble quand on sait que ce long métrage fut d’abord un court.

On est loin de « L’esquive » et de « La haine », seconds films porteurs d’une certaine violence, mais aussi d’une langue et d’un regard sur le monde.

« Tout ce qui brille » ne nous apprend rien ; ni sur la banlieue ni sur nous. Dommage.

Publicités

Written by Renaud Meyer

septembre 4, 2010 à 2:27

2 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. il nous apprend rien certes, mais de bons moments tout de même.

    miss-cortisone

    septembre 5, 2010 at 3:39

  2. Je ne vois même pas où sont les bons moment dans ce long sitcom qui voudrait se faire passer pour un film… je ne vois pas pourquoi l’on devrait zapper la violence dans un film sur la banlieue, puisque cette violence, physique et /ou symbolique est un élément intrinsèque de ces lieues où l’on met au « ban » toute une population pas assez classe pour s’installer ailleurs…

    Emma d'Oze

    septembre 6, 2010 at 3:04


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :