Le blog littéraire de Renaud Meyer

Les belles oeuvres sont filles de leur forme, qui naît avant elles. Paul Valéry

Posts Tagged ‘André Maurois

Hugo for ever

leave a comment »

kq8ouev7Ecrivains, lecteurs, éditeurs, journalistes, libraires, bibliothécaires, tous sont des passeurs, et c’est ce qui lie ces êtres dissemblables, cet amour du livre, qu’il faut partager dans une admiration impérative.

Ainsi, peu importe que « Olympio ou la vie de Victor Hugo » ait paru en 1954 et que son auteur, André Maurois, ne soit plus à la mode, puisque que c’est un ami précieux qui me l’a offert, que la somme en est admirable, et que de passeurs il est ici question ; j’exécute cet office à mon tour.

Le portrait de ce monstre de littérature est un chef-d’œuvre du genre. Car c’est en romancier que Maurois nous guide, nous fait aimer le maître, comprendre ce qui le hante, toucher du doigt son œuvre. On suit l’amant infatigable, le mari aimant, le poète épris d’absolu et dont le talent est au service de l’ambition. Et puis c’est la mort de Léopoldine, la folie d’Adèle, la mort de Charles. Trois enfants. Et Hugo, toujours debout, que la littérature et la politique animent malgré le malheur.

On ne compte plus, au fil de cette vie qui nous saisit, les moments jubilatoires. Les dessous de la Comédie-Française accueillant Hernani, ces servantes qui dorment dans la chambre attenante pour les plaisirs du maître, l’amitié avec Sainte-Beuve dont s’est éprise la femme d’Hugo, la centaine d’ouvrages que lit le poète pour composer Cromwell.

On ne lâche pas ces 500 pages, on s’y engouffre, et puis vient un sentiment irrépressible, partager son plaisir. C’est chose faite.

« Olympio ou la vie de Victor Hugo », Hachette Littérature, 1985.

Publicités