Le blog littéraire de Renaud Meyer

Les belles oeuvres sont filles de leur forme, qui naît avant elles. Paul Valéry

Posts Tagged ‘Culture

La culture en danger

leave a comment »

Voilà un serpent de mer qui ressurgit à chaque nouvelle marée. Et la proclamation des dégâts que la bête entraînera sur nos côtes artistiques est immuable. Les acteurs de la culture ne pourront continuer à exercer leurs professions, les œuvres en seront affectées et c’est l’image même de la France qui en pâtira.

Une journée d’action est ainsi organisée le 6 mai 2010 à l’appel de différents syndicats dont CGT Spectacle, CGT Culture et le SYNDEAC. A Paris, une manifestation partira à 14 h 30 du Cirque d’Hiver pour rejoindre le Centre Pompidou.

Pourquoi ce nouveau cri d’alarme des artistes ? Parce que le ministère des Finances veut retirer 30 millions d’euros au seul secteur de la création en 2011, parce que le Conseil de création artistique (sous la houlette de Marin Karmitz) démantèle et détourne des fonds jusque-là destinés aux professionnels de la Culture, parce que le régime de l’assurance-chômage des artistes et techniciens du spectacle est à nouveau menacé.

La première question est de savoir si ces inquiétudes sont fondées. La réponse est certainement oui. Il faut soutenir les artistes, sinon ils vont disparaître. Il faut soutenir les artistes professionnels, sinon l’amateurisme règnera en maître. Il faut soutenir les artistes quand le travail fait défaut, sinon ils seront contraints de se tourner vers d’autres professions et feront de leur art un passe-temps.

On peut se demander ensuite si la journée d’action du 6 mai changera quoi que ce soit. Pas certain. Car on sait que tout se négocie en France sous les lambris du pouvoir et rarement dans la rue.

Alors, d’autres voies sont-elles possibles en matière de rémunération des artistes et de soutien aux projets ?

La France n’est pas l’Angleterre ni l’Amérique. Il n’est pourtant pas interdit de réfléchir à de nouvelles formes de pérennité dans le domaine du spectacle vivant comme du cinéma sans bouleverser pour autant ce qui a permis l’émergence d’un maillage culturel unique et original. Ainsi, sans mettre fin aux subventions d’Etat, il serait temps de mettre en place de véritables relais financiers par le biais des fondations pour le spectacle vivant. On a pu récemment goûter la saveur de tels montages avec la venue du Old Vic au théâtre Marigny. Fonds privés, ambition, excellence. Une façon de ne pas dépendre du politique, de ses amis et de ses changements d’humeur.

Un artiste ne peut s’asseoir chaque jour à la même place, sinon il renonce à être un artiste. Et tous ceux qui s’accrochent à leur pré carré devraient se poser la question et penser leur art différemment. Mais nul ne doit oublier qu’un artiste est en droit de revendiquer une place, la sienne, même s’il lui faut chaque jour en changer.

Written by Renaud Meyer

mai 2, 2010 at 4:57

Google rend-il stupide ?

leave a comment »

couv-7

C’est un article paru, il y a un an, dans The Atlantic, sous la plume de Nicholas Carr, qui a mis le feu aux poudres. Google rendrait notre cerveau paresseux. Et c’est le fonctionnement du Net dans son ensemble qui nous entraînerait à penser différemment. La thèse de Carr a fait le tour de la planète.

Le mensuel Books, merveille d’intelligence et de pertinence, qui traite de l’actualité à travers les livres du monde, accompagne son septième numéro d’un dossier de quarante pages consacrées à un sujet complexe et explosif : « Internet rend-il encore plus bête ? » C’est donc supposer que nous l’étions déjà et que surfer sur le net n’aurait fait qu’accentuer les choses.

La grande question est ici de savoir si Internet est en train de tirer un trait sur la culture humaniste fondée sur la réflexion et le livre au profit du partage virtuel entre le plus grand nombre et de la gestion rapide des connaissances.

Books passe en revue des questions d’un intérêt remarquable avec une acuité qui ne faiblit pas à mesure que l’on avance dans le dossier. Tout est éclairant et jamais manichéen. Car de réponse, il n’y en a pas.

Oui, la lecture est en berne, Internet favorise l’amateurisme et l’à-peu-près, le cerveau devient paresseux, la toile laisse la place à tous les égocentrismes. Mais les auteurs du dossier de constater que la culture grecque était avant tout orale, que l’écrit y était synonyme de paresse intellectuelle, que les jeux sur ordinateur favorisent chez les jeunes le développement de compétences complexes et que la baisse du niveau culturel n’est pas due à Internet, mais au système scolaire. Que croire, alors ? Rien, si ce n’est que le monde change, qu’il sera différent demain, que l’on perdra d’une main ce que l’on gagnera de l’autre.

Les déchaînements autour de la loi Hadopi sur le téléchargement illégal permettent de mesurer l’écart entre les interlocuteurs. C’est l’affrontement de deux cultures, de deux âges, de deux conceptions du monde, et ce débat nous rappelle que les batailles entre Anciens et Modernes sont veilles comme le monde.

Alors deux conseils utiles : achetez Books (ou abonnez-vous !) pour vous faire une opinion et vous sentir moins bêtes ! Et n’oubliez pas qu’Internet n’est qu’un outil au service de la pensée et que célébrer un tube cathodique, une puce électronique ou du papier vous fera paraître définitivement stupide.

Written by Renaud Meyer

juin 28, 2009 at 6:50