Le blog littéraire de Renaud Meyer

Les belles oeuvres sont filles de leur forme, qui naît avant elles. Paul Valéry

Posts Tagged ‘Patrice Leconte

La rentrée théâtrale, tendance

with one comment

On aurait pu dire de la saison précédente qu’elle avait été marquée par la frénésie des metteurs en scène à vouloir monter « La maison de poupée » d’Ibsen. Théâtre de la Madeleine, Amandiers de Nanterre, théâtre de l’Athénée, théâtre de la Colline. Et je crois en oublier…

On pourrait dire, avec la saison qui s’ouvre, que la tendance sera à l’accentuation d’un phénomène amorcé depuis quelques années déjà : la venue au théâtre des gens de cinéma. A commencer par les actrices, qui sautent le pas avec un aplomb étonnant. Julie Depardieu jouera Guitry, Alice Taglioni et Elodie Navarre seront au théâtre de l’Atelier, Sara Forestier au Studio des Champs-Élysées, Mélanie Doutey avec Jacques Weber…

Certains théâtres n’hésitent pas à ne programmer que des stars venues du septième art. A la Madeleine, après Julie Depardieu, ce sera Thierry Lhermitte, Dussolier et Arestrup (qui bien entendu ont tous commencé par le théâtre). Et même les réalisateurs s’y mettent. Après Patrice Leconte, c’est Bertrand Blier qui se colle à la mise en scène.

Une tendance qui ne s’inscrit pas uniquement dans des structures privées puisque des lieux comme le théâtre du Rond-Point suivent la même pente. On y retrouve cette saison Marina Foïs, Emmanuelle Devos, Isabelle Carré et même Bénabar. On ne peut que se féliciter de cet entrain. Le théâtre n’est pas mort.

Faut-il aller chercher les raisons de ce sauvetage du théâtre par le cinéma du côté de la mauvaise santé de ce dernier ? On sait que son économie est fragile. Budgets difficiles à boucler, projets au long cours, recettes mises à mal par l’arrivée d’internet et du téléchargement. Ce cinéma qui devait tuer le théâtre finira-t-il par le sauver ? Juste retour des choses et indispensable retour aux sources.

Il n’est d’ailleurs pas interdit de penser qu’individuellement les acteurs trouvent là une puissance dramaturgique à leur mesure que le cinéma a perdue à force de s’appuyer uniquement sur l’image et le casting.

Audition

leave a comment »

« Audition », pièce de Jean-Claude Carrière, a subi la saison dernière un accueil plutôt mitigé au théâtre Edouard VII. Beaucoup semblaient dire qu’ils s’y étaient ennuyés, que le texte était indigne, lourd, sans odeur ni saveur. Bref, quelle mouche avait piqué l’auteur ? Quant à Jean-Pierre Marielle et Manu Payet, qu’étaient-ils allés faire dans cette galère ? J’avoue que je ne m’étais pas précipité, l’affiche n’étant pas du meilleur goût et le titre pas très heureux.

Pourtant, il faut lire « Audition », le texte, qui a paru chez Actes Sud – Papiers. J’ai décortiqué quelques pièces depuis que le théâtre m’a pris. Celle-là m’a provoqué plus d’un fou rire, dans le bus ou dans mon lit, en imaginant Marielle dans le rôle de ce vieil acteur un peu ringard, qu’il a déjà éprouvé dans « Les Grands Ducs » de Leconte. Et cette partition écrite pour lui sonne merveilleusement à nos oreilles, pourvu qu’on se figure l’acteur. S’échappent alors des répliques cultes.

Marielle : C’est vrai que ce système de fourreau est épouvantable. Quand on joue Cyrano, c’est un cauchemar.

Payet : Vous avez joué Cyrano ?

Marielle : Mais oui. J’y tenais même plusieurs rôles.

L’ensemble donne un moment où rien d’essentiel ne se passe, mais où tout est dit sur le théâtre et sa représentation. Une mise en abyme qui s’interroge sur le lien entre les spectateurs et les acteurs, tirant ainsi le fil fragile de la convention du théâtre. Pourquoi ce moment si particulier où tout est faux, où tout devient vrai, où le faux devient plus important que le vrai ?

Jean-Claude Carrière, qui sait le théâtre et ses secrets, ne donne pas de réponse et réussit là une pièce maîtresse.